AMIS CHATS

Association loi 1901 de Saint-Etienne (42)

Sur votre agenda








28 février 2016

Un peu d'humour aujourd'hui au refuge de la Mulatière

Mais non, ils ne veulent pas s'en aller ! Ils lorgnent les pigeons !...

30 janvier 2015

Ce soir votre webmestre est contente : en l'espace de quelques jours deux chats perdus ont pu retrouvé leur foyer. Il s'agit de la petite Poupette et de Otis. Leurs maîtres avaient demandé à ce que nous mettions une annonce sur nos pages.

Si l'absence de Poupette était relativement courte (1 mois d'angoisse pour sa maîtresse), les retrouvailles d'Otis et de sa famille sont étonnantes : Otis avait disparu en juillet 2014 et n'a été retrouvé que le 28 janvier 2015, soit 6 mois après sa disparition. Mais les angoisses des maîtres dont le compagnon a disparu ne se mesurent pas à l'aune du temps passé : elle est la même que l'absence dure quelques jours ou plusieurs mois.
Bien sûr que ces nouvelles nous ont fait un plaisir immense : quand on sait le nombre d'abandons, cela fait chaud au coeur quand 2 chats perdus sont retrouvés.
Longue vie de bonheur à ces maîtres qui n'ont pas baissé les bras et à leurs petits félins vagabonds.

17 mai 2014

Amis Chats a déballé ! La manifestation a connu son succès habituel et toute la journée il y avait des affaires à faire.
Les bénévoles se sont relayés pour assurer l'approvisionnement des stands et aider les visiteurs. Le temps était particulièrement beau pour cette manifestation


1er mai 2014

Comme chaque année, mais cette fois ci avec une météo un peu plus clémente que l'an passé, quoique un peu fraîche, Amis Chats a tenu son traditionnel stand de vente de muguet.
De jolis bouquets réalisés par les bénévoles pour porter bonheur mais aussi pour faire plaisir


10 décembre 2013
Salut à tous ! Ca brille et scintille chez Amis Chats ! J'ai fait un tour à la vitrine de Noël : que de belles choses. Beaucoup d'objets "chats", pour les grands et les petits, des mugs superbes pour faire pâlir d'envie vos ami(e)s, bref je vous livre quelques photos. Vraiment cela vaut le coup et n'oubliez pas, c'est pour nos amis les chats, chats des rues, chats maltraités, chats abandonnés ou oubliés, bref nous les chats de rien, mais qui espérons tant un geste de votre part.
En plus on vous accueil avec le sourire, pour un échange convivial et on vous offre le thé ou le café, une boisson et du délicieux gâteau.







16 novembre 2013
Salut à tous, moi O'Maley je suis ravi de vous annoncer que l'association qui m'a hébergé pendant de si nombreuses années (moi et bien d'autres bien sûr) fête ses 30 ans d'existence samedi 23 novembre.
Je suis très ému, moi qui ai terminé ma vie à un âge avancé grâce aux bons soins de la bénévole du refuge de la rue de la Mulatière, dans cette structure d'accueil pour tous les matous, minettes et chatons en quête d'un peu de chaleur et de tendresse et de soins attentifs. Pour nous, comme pour les humains, la rue c'est l'enfer. Un enfer que nous n'avons pas choisi, qui nous a été imposé. Il est bon que l'on s'occupe de tous, humains et bêtes, parce que nous dépendons les uns des autres. Alors partageons le territoire, le bonheur, l'amour tout simplement.
C'est avec une grande joie que je vous regarderai de là-haut, du paradis des chats, fêter dignement cet anniversaire. Quelques uns de ceux qui ont fini leur vie chez Amis Chats, parce que trop vieux, trop moches, quelque peu bancals et qui n'ont pas eu la grâce d'un regard ou d'un geste, seront avec moi. Nous aurons une pensée affectueuse pour ceux qui ne nous aurons pas laissé à notre triste sort en nous offrant ce droit ancien et sacré : l'asile.
Bon anniversaire Amis Chats et longue vie à l'association et à ses bénévoles !

30 mai 2013
L'opération Perle Noire se termine pour cette année. Nous avons eu la joie de voir deux de nos Perles noires adoptées : Pepito et Touka. Merci aux adoptants, nous leur souhaitons de longues années de bonheur avec leurs perles noires.


17 avril 2013
Opération séduction en faveur des chats noirs.
Les chats noirs souffrent encore de mauvaise réputation, et cette mauvaise réputation remonte au Moyen Age où ils étaient considérés comme portant le "mauvais oeil" et qu'ils étaient les supposés compagnons des sorcières. Ils étaient brûlés vifs, noyés dans des cages, cloués sur les portes, et bien d'autres sévices. Seuls étaient épargnés les chats noirs qui avaient quelques poils blancs sur le poitrail : on disait d'eux qu'ils portaient la marque de l'ange.

Aujourd'hui encore (les légendes ont la vie dure) ils sont souvent délaissés dans les refuges, pourtant ce sont des chats comme les autres, presque une espèce à part dans le monde félin : très sociaux et joueurs, espiègles et amusants, ils aiment jouer avec les enfants et s'installent facilement dans leur famille. De plus ils ont la plupart du temps une qualité de poil assez extraordinaire : brillant, soyeux et facile d'entretien (pour les chats à poils courts); des panthères miniatures avec de beaux yeux, verts ou plus extraordinaire encore, de la couleur de l'ambre, le félin dans toute sa splendeur.
C'est dans cette optique de réhabilitation du chat noir que Seconde Chance, avec la participation de la société Wanimo, organise depuis quelques années l'opération "Rencontrez une perle noire". Avec l'aide de Seconde Chance qui met à notre disposition gracieusement un espace sur leur site, nous proposons donc nous aussi nos "perles noires" à l'adoption pendant tout le mois de mai. Durant cette période des cadeaux sont à gagner sur Internet pour les adoptants d'une de ces perles.



05 avril 2013
Une journée dédiée aux chats errants
Pour la première fois à Saint-Etienne un colloque était organisé par l'association Dotajob/Fermes de Job pour sensibiliser le public au problème des chats errants.
Cette journée s'est déroulée le 23 mars 2013 à l'hötel Mercure de Saint-Etienne et a été un véritable succès.

Message de la fondatrice de l'association Dotajob/Fermes de Job, Madame N. Raillard :
Près de 140 personnes sur la journée,3 élus(Mrs FERRARA,BERTHELIER,et ARTIGUES) ,3 exposés vétérinaires de grande qualité(DR ROUX,DR MOURIER,DR BUISSON), l'exposé d'une avocate (Maitre MANEVAL-PASQUET),et l'exposé,très apprécié, de D.VENDRAMINI sur les chats dans l'Histoire, n'oublions pas Pierre THIVILLON,fondateur du zoo de St-Martin la Plaine ,qui était le parrain de cette journée, et qui a fait une intervention remarquée.
Si on ajoute à ceci que toutes les associations de protection animale de St-Etienne étaient là,qu'au total,10 associations étaient présentes,ainsi que des représentants de la Fondation Brigitte BARDOT,et de ONE VOICE,cette journée a été très positive.
Quant au débat dirigé par un journaliste,P.FRANCON,il a provoqué des réflexions et des questions intéressantes :l'espoir est dans les générations futures qui devraient être formées par l'école à la cohabitation de l'homme et de l'animal.
L'association FERMES de JOB, et DOTAJOB, remercient tous ceux qui ont contribué au succès de cette journée"



22/11/2012
Je tenais à partager avec vous ma joie d'avoir une aide très précieuse pour la maintenance de ce site : ce sont Marie-Suzanne et la responsable du refuge de la rue Crozet Fourneyron que vous rencontrerez en allant sur place qui font les photos de nos chats et cela rend bien service à votre webmestre qui est actuellement en train de vivre pour la seconde fois le cauchemar de sa vue déficiente. Ce sera très bientôt règlé. En attendant, pas de photos et les mises à jour commencaient à traîner. Beaucoup de chats adoptés et tout autant de chats abandonnés qui ont trouvé une place dans les refuges ou des familles d'accueil.
Le travail est bien partagé et cela me réjouit le coeur. J'ai trouvé en elles une aide vraiment précieuse : ce n'est pas toujours facile de photographier les chats, souvent apeurés, ou au contraire si curieux qu'ils s'approchent trop près de l'objectif, et elles s'en tirent vraiment très bien : elles ont l'oeil pour rendre chaque chat unique, et pour chacun de trouver le petit truc en plus qu'il porte sur lui ou dans son regard, et c'est un exercice vraiment très difficile. De plus, elles se répartissent aussi les petits textes présentation et ils sont pleins de tendresse et de justesse et personnels à chaque chat. J'avoue que j'avais, depuis que j'ai créé et que je maintiens ce site, un peu de mal à trouver les mots : j'avais l'impression de toujours dire la même chose. Là aussi, ces deux bénévoles apportent un vent de nouveauté et un autre regard. Marie-Suzanne se charge en plus de l'amélioration des photos : c'est une magicienne quand il s'agit d'effacer les reflets disgracieux des flashs de l'appareil dans les yeux de nos minous, de recadrer si besoin. Bref Marie-Suzanne est très à l'aise avec son logiciel. Je tenais donc absolument à exprimer ma reconnaissance à leur aide si précieuse et l'investissement en temps que cela leur demande. Nous formons une bonne équipe je trouve, une équipe qui oeuvre un peu en parallèle de tous les autres bénévoles qui sont plus sur le terrain et dont le travail et l'investissement sont tout à fait remarquables.
Je n'ai qu'un regret : mon petit handicap qui m'a fait devenir un peu sauvage (ne pas reconnaître les gens dans les couloirs c'est parfois très gênant et j'ai pris la mauvaise habitude de m'isoler et de sortir très peu), mais je suis toujours l'actualité féline de très près. Merci donc à nos deux photographes retoucheuses d'images , je n'ai pas d'autres mots pour lui dire à quel point cela me rend heureuse de travailler avec elles.

03/11/2012 : dans les nouvelles du jour : Lancer de chats Qu'est-ce qu'il ne faut pas voir ni entendre. Encore une des extravagances soit disant artistiques de celui que je nomme "un détraqué, malade bon à enfermer", le belge flamand Jan Fabre, à qui je refuse le droit de s'appeler un artiste. S'il a besoin de provoquer en se servant d'animaux vivants dans ses oeuvres il faut qu'il arrête (d'ailleurs il y a longtemps qu'on aurait dû l'arrêter). Un coup d'oeil sur ses oeuvres et vous pourrez constater son mépris pour ses semblables, pour la vie et pour les animaux, son mauvais goût (mises en scène d'animaux empaillés). Si la provocation peut être un déclencheur pour dénoncer des états ou des choses qui ne devraient pas exister dans notre monde, faire de la provocation n'importe comment n'est certainement pas souhaitable. Quelqu'un qui a besoin d'animaux vivants pour se démarquer et faire parler de lui, ferait mieux de s'arrêter et de faire autre chose parce qu'il ne mérite pas le nom d'artiste.
Cela me rappelle le scandale de cette biennale au Honduras en 2008 où un autre de ces détraqués, "l'artiste" Guillermo Vargas Habacuc du Costa Rica a laissé un chien, attaché par une corde, mourir lentement de faim soi-disant au nom de l'art ! et au milieu de l'indifférence quasi générale de ces déjantés venus pour voir l'exposition. Ces derniers me semblent tout aussi irresponsables et cruels que l'artiste lui-même. Aucune motivation quelle qu'elle soit ne peut supporter de tels excès et ne démontre dans tous les cas ...rien. Ces "artistes" ne sont rien. L'humanité est tombée bien bas, l'art aussi. Quant aux propriétaires de chats qui se sont prêtés à ce type d'expérience, ils sont complices et mon seul commentaire sera : ce que je les plains.

Coup de gueule de votre mascotte préférée
L'association a fait paraître dans le journal Le Progrès un article concernant les disparitions de chats, entre autre à Chazeau, petit quartier tranquille (!). Disparitions mais aussi mutilations et actes de cruauté (Le Progrès du 26 juin 2012). On parle à couvert de trafic de peaux de chats, de laboratoires : toutes les pistes vont être creusées puisque la sonnette d'alarme est maintenant tirée et cela ne concerne pas seulement le petit quartier de Chazeau pour lequel une adhérente a déjà un dossier bien chargé
Avis donc au(x) malveillant(s) qui se permet(tent) de porter la main sur les chats du quartier.
Depuis cet article j'en ai lu des bonnes et des moins bonnes : on parle de divagations, d'excréments dans les jardins, de problèmes de reproduction chez les oiseaux, il y a les anti chats, les pro chats, bref tout ce petit monde s'indigne avec raison mais part un peu dans tous les sens.

Moi, O'Maley j'ai envie de leur répondre, de simplement faire entendre ma voix.
Je suis probablement né et adopté dans une famille. Une fois adulte elle m'a mise à la rue, m'a abandonné. Etait-ce ma faute ? L'association m'a recueilli jusqu'à mon dernier jour : j'avais à manger, je pouvais prendre un peu l'air dans la courette (parfois j'allais me sauver dans les caves et on me courait après, j'ai rigolé) et on me soignait correctement. Mais qu'en est-il de mes maîtres ? Ont-ils été punis parce qu'ils m'ont abandonné ? Je ne crois pas, et je pense même que je n'ai pas été le seul à pâtir de cette situation : ils ont probablement dû reprendre d'autres chats pour les mettre à la rue ! Un chaton c'est craquant (pour nos cousins chiens c'est d'ailleurs pareil : chiots ils sont adorables ; mais une fois adultes, ils sont trop grands, trop mal éduqués, ils gênent les voisins avec leurs aboiements, ils mangent beaucoup, ont besoin de promenades été comme hiver, il leur arrive d'être malades ,bref que des trucs embêtants !)
A l'origine de tous les problèmes il y a les maîtres et ces maîtres ce sont vos voisins, les administrés des communes, des personnes qui sont censées être en conformité avec les lois de la protection animale.
Alors pourquoi c'est nous les chats qui devont pâtir du manque de civilité des hommes ?
Alors à tous ceux qui défendent leur opinion et après en avoir parlé avec mon webmestre préféré, voilà ce qu'elle répond aux différentes récriminations :

Chat, déjections et jardin : j'ai un jardin et j'ai deux chats (vaccinés, stérilisés et pucés) : cherchez l'erreur
Divagation : que dire de tous ces chevreuils, biches, cerfs, sangliers qui divaguent sur les routes que nous empruntons et qui bousillent nos bagnoles quand on leur rentre dedans ? Il va falloir envisager de mettre tout ça dans des zoos (c'est un peu bête pour les chasseurs), parce que ras le bol quand même de cette nature hostile qui fait rien comme on veut !
Prolifération : les associations stérilisent à tour de bras, essentiellement les femelles (c'est plus cher mais la diminution de la prolifération est rapidement plus visible). C'est quand même moins cruel que d'ébouillanter, de noyer, de piéger, de taper contre un mur, de découper un chaton, d'écorcher vif. Vous en voulez encore ?
Déjections-Divagations : j'avoue pas sympa les gratouilles dans les semis (même chez moi). Par contre que dire des chiens des voisins qui déposent leurs crottes au milieu de mon passage (ou sur les trottoirs) : c'est vrai ils ne divaguent pas, ils sont au bout d'une laisse. Et moi je suis en retard au boulot parce que je dois décrotter mes chaussures ! Mes chats au moins ils font un petit monticule bien visible et je sais que je dois prendre la petite pelle ; mais en fait, ils ont même un bac à litière dans le jardin
Nuisances : que dire du chien de mes voisins qu'ils laissent aboyer dehors : dès que quelqu'un sort de sa voiture dans la rue il aboie (un aboiement de petit toutou insupportable), si je vais dans mon jardin, il court après la clôture, la gratte frénétiquement et aboie à s'en étrangler. Au moins mes chats on ne les entend pas !

Bon j'arrête là : j'ai dû faire le tour des récriminations des anti chats qui ne connaissent pas le bonheur d'un ronron, ni la tension qui baisse quand ils commencent à caresser un chat. En fait, savent-ils que le ronronnement peut guérir ou adoucir certaines affections ? Savent-ils que les chats commencent à entrer dans les maisons où sont hébergées les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ? Qu'ils ont fait leur preuve auprès d'enfants atteints d'autisme ? Que des études très sérieuses sont menées quand au bienfait que peut apporter un chat dans le cas de certaines maladies ? Que savent-ils du vrai bonheur, celui où l'on reçoit plus qu'on ne donne ? Ils passent certainement à côté de quelque chose
Vivre en communauté est très difficile, on s'émeut des chats disparus ou tués parce qu'on sait que derrière il y a un maître, une famille, un gosse, une personne âgée dont c'est le seul et dernier compagnon. D'aucuns diront que « ce ne sont que des chats » ; bien sûr, comparé au type excédé par les tours de mobylette dans le quartier et qui prend son fusil pour tirer sur des gosses du haut de sa fenêtre.
Que nenni, il n'y a pas à comparer la gravité des faits, ils sont tous le reflet d'une société où le mal vivre est un état quasi permanent et normal, une société où on nous a seriné que l'homme etait un être supérieur et intelligent !
Supérieur à qui ? A quoi ? Il est juste le dernier arrivé sur terre et ... de loin le plus destructeur.

Dialogue entre votre webmestre et sa mascotte préférée



Depuis le 1er janvier 2012 l'identification des chats est OBLIGATOIRE.
Cette loi est votée et applicable à tous les chats nés après le 1er janvier 2012 et âgés de moins de 7 mois.
En France le nombre de chats avoisinent les 10 millions ! Le chat est ainsi devenu devenu l'animal de compagnie préféré des Français, et ce loin devant les chiens. Il s'agissait aussi de combler le vide juridique qui existait puisque la loi de 1999 relative aux animaux dangereux et errants et à la protection des animaux précise que tout chien de plus de quatre mois et né après le 6 janvier 1999 doit être identifié. Une mesure qui ne concernait pas les félins jusqu'à aujourd'hui. Selon l'article 214-5 du code rural, seule l'identification pour tous les chats - mais seulement dans le cadre d'un transfert de propriété - était obligatoire.

« Sur les 9,9 millions de chats dénombrés en France, plus de 80 % - soit 4 félins sur 5 - ne sont pas identifiés. De ce fait, trop d'animaux sont perdus et placés en refuge avant d'être euthanasiés faute d'identification et ce, parfois par erreur », précise Nicole Bonnefoy sénatrice de Charente à l'initiative de cet amendement. Un véritable drame pour les propriétaires d'animaux lorsqu'ils perdent leurs compagnons. Sans compter les milliers de chats abandonnés par des maîtres irresponsables qui attendent dans les refuges sans que l'on puisse retrouver et sanctionner leur propriétaire.
« Les chats peuvent vivre une vingtaine d'années, conclut Nicole Bonnefoy. Les identifier et les protéger, c'est le moins que l'on puisse faire pour ces animaux qui nous tiennent compagnie si longtemps. » (extrait d'un article de la Fondation 30 millions d'Amis)
Cette loi est une véritable bouffée d'oxygène pour les associations s'occupant des chats libres et les associations de protection qui se consacrent essentiellement au petit félin. Mais une question se pose : qui va faire en sorte que cette loi soit appliquée et respectée ? A l'heure actuelle le bilan est lourd : toujours trop d'abandons, et toujours trop de portées qui sont disséminées sans tenir compte de la loi de 1999 qui interdit la cession, même gratuite, de tout animal - y compris les chats- non identifié.

Cette loi, si elle est évidemment la bienvenue, arrive cependant très tard et on se demande pourquoi le statut du chat n'a pas évolué en même temps que celui du chien étant donné que les deux faisaient depuis longtemps partie des animaux de compagnie les plus présents dans nos vies. Il faudra maintenant de longues années encore pour rattraper ce retard. En résumé, aujourd'hui si vous avez une chatte qui met bas des petits, vous êtes en infraction et pouvez être sanctionnés si vous donnez les chatons sans qu'ils ne soient identifiés. C'est aussi simple que cela.

La pose d'une puce électronique se fait en quelques secondes chez un vétérinaire et peut se faire sur un chaton avant qu'il ne soit retiré de sa mère, soit à partir de 8-10 semaines. Le tatouage est de moins en moins pratiqué : il nécessite une anesthésie totale donc un coût de revient plus élevé ( sauf si vous le faites pratiquer au moment de la stérilisation, donc avant 7 mois pour rester en règle), il se falsifie et s'efface avec le temps.
Depuis l'arrivée du premier transpondeur (puce électronique) les progrès ont été considérables : une puce encore plus petite, donc une injection plus facile même sur de très jeunes animaux, de nombreuses associations, de services publics (fourrières, pompiers, polices) ont des lecteurs de puce, et la plupart des gens qui trouvent un animal ont maintenant le reflexe de faire passer l'animal trouvé à un lecteur de puce (geste souvent gratuit chez les vétérinaires).
Identifier son animal est un acte responsable, un acte citoyen.
Votre Webmestre


Aujourd'hui c'est votre webmestre qui prend la parole : notre ami O'Maley n'est plus. Celui qui était au refuge de la rue de la Mulatière depuis tant d'années après avoir été sorti de la rue, n'aura plus rien connu d'autre que le refuge et sa cour où il aimait prendre l'air. Un chat un peu grognon parce qu'il souffrait beaucoup de rhumatismes et d'arthrose, mais un chat gentil avec ses congénères d'infortune et aimable avec qui le gratifiait d'une caresse ou d'un mot gentil. Un de ces chats SDF qui aura trouvé un peu de chaleur au refuge et nous remercions les bénévoles de la rue de la Mulatière pour lui avoir adouci ses dernières années de vie.
Bon voyage O'Maley nous ne t'oublierons pas.

"O'Maley" parle "O'Amis Chats"


Bonjour c'est moi O'Maley qui vous parle de la belle surprise que nous avons eu aujourd'hui. Pour nous, les chats du refuge, le Père Noël a déjà fait son premier tour (probablement juste pour savoir si quelque chose pouvait nous faire plaisir) : il nous a apporté un magnifique arbre à chats !
C'est un objet immense, bien stable, très beau et très moelleux et qui promet de belles parties de jeux pour les plus jeunes d'entre nous, et de bonne sieste pour les plus âgés.
Cet arbre à chats nous permet de sauter, grimper, nous faire les griffes, nous reposer, bref vivre une vie de chat actif.
Bon les étages les plus élevés ne sont pas fait pour moi bien sûr : je suis un peu "enrobé", mais je pense que les étages les plus bas me conviendront parfaitement pour me reposer et surveiller tout le petit monde qui s'ébat en dessous.
Bref, tous les bénévoles du refuge sont enthousiastes et très heureux, et ils me chargent d'adresser aux généreux donateurs de ce matin leurs plus vifs et chaleureux remerciements pour ce très beau cadeau, que certains ont adopté sans se faire prier
. Comme quoi le Père Noël existe bien, il suffit d'y croire un tout petit peu ....

Association Loi 1901
Siège : 52, rue Florent Evrard - Local : 31, rue Crozet Fourneyron
BP 241 - Saint-Etienne
Tél. : 04-77 33-56-02 et 04-77-38-89-99